Menu
logo bleue ffaimc
  • Créée en 1991
  • 29 associations membres affilliées
  • Membre du CNCPH, du Comité d'Entente national, du Conseil de la CNSA
  • 1 siège social à Paris, 1 siège administratif à Lyon

La Paralysie Cérébrale est la première cause de handicap moteur de l'enfance

unir, promouvoir et représenter

La ffaimc a pour but de coordonner les actions
communes de ses associations adhérentes

Les aider pour la réalisation
de leur propre objet

établir des solidarités
entre associations membres

Favoriser la recherche
médicale et scientifique

Représenter les associations
auprès des pouvoirs publics

LETTRE OUVERTE

PARALYSIE CEREBRALE ET INCLUSION

DÉCEMBRE 2017

La FFAIMC, Fédération Française des Associations d’Infirmes Moteurs Cérébraux, reconnue d’utilité publique en 1992, fédère majoritairement des associations de parents, représentant les personnes paralysées cérébrales, infirmes moteurs cérébraux et polyhandicapées, les aidants familiaux et professionnels à travers 29 associations locales[...]

Lire la suite

Les associations
adhérentes

La FFAIMC regroupe des associations gestionnaires d’établissements et de services ou pas, qui représentent et accompagnent des personnes paralysées cérébrales, infirmes moteurs cérébraux et polyhandicapées.

Ses moyens
D'actions

Mobiliser, communiquer,
Agir et coopérer

  • Associer les personnes
    atteintes de paralysie cérébrale
  • Mobiliser le réseau
    en interne
  • Communiquer en externe,
    être visible
  • Travailler dans
    un mode collaboratif
  • Agir au sein des réseaux ouverts à la
    connaissance et aux bonnes pratiques
  • Construire des
    stratégies d'alliance
  • Coopérer et entreprendre au sein
    de l'économie sociale et solidaire
  • Former les aidants,
    FAMILIAUX ET PROFESSIONNELS

des valeurs communes

  • Toutes les personnes possèdent des droits universels
  • Les personnes atteintes de Paralysie Cérébrale doivent bénéficier du droit commun
  • Chaque personne est reconnue comme auteure et actrice de son existence
  • La recherche continue de son autonomie et de son consentement doit s’exercer tout au long de sa vie
  • La grande vulnérabilité doit être reconnue et protégée